.

Entrer dans une « zone de machine » est-elle bénéfique ?

Certaines personnes qui cherchent un moyen de sortir de leur stress ou peine deviennent accros aux paris sur les machines à sous. Ils se perdent dans une « zone de machine » qui est un peu comme un état second (état de grâce). On peut en dire de même des parieurs en ligne qui sont constamment focalisés sur un répertoire de sites web de machines à sous pour trouver des machines lucratives. S'il vous arrive de vouloir entrer dans ce royaume voici une grande sélection de jeux de machines à sous pour les joueurs de casino français.

Natasha Dow Schüll est l'auteur de l'ouvrage Addiction by Design : Machine Gambling in Las Vegas - Addiction par le Design : Pari de machine à sous à Las Vegas (Presse universitaire de Princeton), une anthropologue culturelle et maître de conférence au programme de science, technologie et société du MIT. Après 15 ans de recherche sur le terrain à Las Vegas, elle a écrit ce livre très agréable à lire, sur la façon dont les gens pratiquent de l'automédication en jouant aux machines à sous.

Cette « zone de machine » est semblable à l'état de grâce où les écrivains et les artistes prennent du temps à entrer, car c'est à ce stade qu'ils produisent souvent plus facilement un travail (que le résultat s'avère ou non être terrible ou même inacceptable lorsqu'il est critiqué dans un état non second). Les processus de rythme et de répercussion des machines à sous provoquent la suppression des besoins physiques, de sorte que les joueurs ne sentent ni la faim ou la soif à ces moments-là, et les préoccupations quotidiennes n'ont plus aucune importance, aussi longtemps que le jeu continue. Les joueurs parlent d'engourdissement ou d'évasion ; ils ont la sensation de se perdre dans la machine.

La différence, bien sûr, est que les machines sont programmées pour que le joueur ne gagne presque jamais sur le long terme, ou plutôt qu'il ne produise jamais quoi que ce soit. Alors, l'état sans souci désintéressé du joueur ne dure seulement qu'aussi longtemps que dure le temps de jeu, qui est limité par les moyens des joueurs. Schüll a écrit que tout cela est le résultat de l'interaction entre le joueur et la machine, plutôt que d'être seulement un produit de la personnalité du joueur ou de la conception de la machine.

L'histoire de Schüll s'éloigne du concept des casinos pour parler des compulsions des joueurs. Il s'agit d'un éminent ouvrage universitaire, bien que pouvant être lu très aisément. De nombreuses questions ressortent de la lecture de cet ouvrage, y compris comment et si l'industrie pouvait être mieux réglementée. Les entreprises ne cherchent pas à créer des fanatiques, disent-elles, mais elles avouent créer des machines qui obligent les consommateurs à jouer plus longtemps, plus vite, et plus encore. La dépendance est alors le résultat final. Bien que l'industrie soit réglementée quant au bon fonctionnement des machines et de leurs générateurs de nombre aléatoire, Schüll affirme qu'il n'y a pas de test pour évaluer les effets nocifs potentiels du produit sur les consommateurs. Après la lecture de cet article, vous voulez essayer ce type de divertissement ? Commencez par ce populaire répertoire de sites web de machines à sous.